Alice au pays des femelles

[threecol_one]

 

alice-aux-pays-des-femelles[/threecol_one] [threecol_one]

 

Ce qu’en dit l’auteur :

Ecrit en 1996, Alice… est le roman de mes dix-neuf ans. Une plongée à la fois sordide et drôle dans l’univers d’une animatrice de Minitel Rose. Souvent cru, le regard d’une môme perdue, l’ironie comme seule arme face aux dialogues de l’écran. La crudité du propos est délibérée, à l’image de la détresse profonde de cet univers moderne, cruauté de l’urbain, de l’humain, du sexuel. La démesure. Réflexion sur ce qu’est la « perversion », Alice c’est aussi la dénonciation de la pornographie banale, le désarroi d’une gamine trop grande – adulte trop petite. Le « Mal » n’est pas forcément là où on le croît. Des errances, la confusion des corps, l’aliénation à ceux qu’on aime… Puis l’escalade, la violence, les passages à l’acte, vécus ou non. Comme dans le livre de Lewis Caroll, il n’y a pas forcément de frontière entre le mental et le réel.‘intertextualité.Jeu sur un genre (le roman noir), et sur le langage où les styles se heurtent, murmurent la révolte ou étouffent le cri.

[/threecol_one] [threecol_one_last]
[/threecol_one_last]